Jouer dehors : un atout pour la santé des jeunes enfants, d’après Francine Ferland (1/3)

Durant les trois prochains articles, je vais vous parler de Francine Ferland. Elle est ergothérapeute et professeur dans une faculté de médecine de Montréal. Elle a écrit de nombreux ouvrages sur le développement de l’enfant, ainsi que sur le jeu et en particulier, sur l’importance du jeu extérieur chez les enfants.

Je trouve qu’elle résume très bien tous les bénéfices que cela peut avoir auprès de chaque être humain. Elle s’appuie sur de multiples recherches et en a écrit un livre « Viens jouer dehors ! Pour le plaisir et la santé « . Récemment, j’ai trouvé une de ses interventions durant un échange en Gaspésie sur le jeu extérieur pour les jeunes. C’est par ici.

Vous n’avez peut-être pas 40 minutes pour prendre le temps de l’écouter parler. Elle parle québécois en plus, ça demande un peu de concentration pour une oreille française :).
Je vous propose donc un résumé de son livre et de cette vidéo sur la place du jeu dehors et du contact avec la nature pour les enfants de moins de 3 ans en 3 parties :
Partie 1 : Jouer dehors, un atout pour la santé
Partie 2 : Jouer dehors, une source de plaisir pour un développement harmonieux
Partir 3 : Jouer dehors en toute sécurité, une histoire de volonté collective

JOUER DEHORS, UN ATOUT POUR LA SANTE

     Un impact sur le sommeil et l’appétit
L’enfant est davantage en activité constante et libre à l’extérieur : il court, saute, grimpe. Des recherches prouvent que cela à un impact sur  la santé du coeur ainsi que sur le développement musculaire et des os surtout auprès des enfants de 0 à 4 ans. Au Québec, il a été recommandé 3h d’activités de mouvement naturel par jour pour permettre un bon développement du corps de l’enfant et de ses capacités.

     Une meilleure évacuation du stress
Le cerveau de l’enfant est en développement, l’hormone du stress, la cortisone, accède plus rapidement au cerveau et aurait une préférence pour se loger dans les zones stimulant la mémoire, l’apprentissage et la régulation des émotions. Ceci engendrant alors plus de frustration, moins de patience, voire des enfants qui pourront réagir plus vivement envers les autres. Le jeu extérieur est idéal car étant plus actif, la production d’endorphine est plus élevée et cette hormone contre l’action de la cortisone et procure alors un sentiment de bien être. L’hormone est donc plus vite éliminée. (Comme l’adulte quand il fait du sport)

     Et donc une augmentation de la concentration
A l’extérieur, l’enfant dépense son surplus d’énergie et cela engendrerait une diminution de son anxiété et régulerait ses pulsions. Passer du temps dehors pourrait permettre à l’enfant de trouver un équilibre entre les moments de mouvements libres et libérés et des temps plus calmes et posés. Car l’énergie sous-jacente a été libérée.
Des recherches montrent qu’il y aurait un lien entre le déficit de l’attention et le temps passé dans un espace vert.

     Une amélioration des défenses immunitaires
Nous avons tendance à mettre nos enfants dans des cloches aseptiques. Il suffit de voir les réglementations dans les structures petite enfance en France. Pourtant, il peut être nocif de surprotéger nos enfants. En effet, certains bactéries présentes dans l’environnement naturel est nécessaire pour le bon fonctionnement de notre système immunitaire. Elles sont appelées des bactéries positives. Celles-ci sont utiles pour prévenir l’implantation des bactéries dangereuses. Si nous sommes trop stricts, notre système immunitaire ne se développe pas correctement

     Une prévention de la myopie
Le dernier article que j’ai fait suivre sur ma page facebook parlait de ce sujet. L’exposition des enfants à la lumière du soleil pourrait contrer la myopie, « l’épidémie » de nos sociétés occidentales. La Haute Autorité de la Santé estime qu’en France, la myopie toucherait plus ou moins 30% de la population, soit 1/4 de la population. Les causes de ce trouble de la vision peut être génétique mais aussi environnementale. « Il semblerait que […] le temps passé dehors, à la lumière naturelle, est un élément protecteur, et non la pratique de l’activité physique elle-même ».

     

     Cette première partie est terminée ! A la semaine prochaine pour la suite ! Je vous parlerais des bienfaits du jeu extérieur sur le développement des jeunes enfants selon Francine Ferland mais aussi de l’importance de prendre du plaisir à jouer à l’extérieur pour que l’enfant reçoive tous ces bienfaits.

1 réflexion sur « Jouer dehors : un atout pour la santé des jeunes enfants, d’après Francine Ferland (1/3) »