L’EJE, une jardinière d’enfants

Après un article sur Coménius, allons aux origines de la création du métier d’éducateur de jeunes enfants et de son lien avec la nature. Parce que le métier d’éducateur de jeunes enfants trouve son origine dans le métier de jardinière d’enfants créée par Friedrich Fröbel. Le fondement de sa philosophie éducative cherchait à réaliser l’union complète de l’Homme et de la nature qui l’entoure pour un développement harmonieux.

F. Fröbel et les jardins d’enfants
Pédagogue allemand du XIXème siècle, il va inventer une méthode propre à la petite enfance inspirée des courants pédagogiques de Pestalozzi et de Coménius. Régie par un courant philosophique et éducatif où le petit enfant, comme une graine, suit son propre développement grâce à un environnement étudié pour lui de manière naturelle, sa pédagogie sera considérée comme un des programmes les plus efficaces et des plus complets d’éveil par le jeu des enfants âgés de trois à six ans avec la pédagogie Montessori.
En 1836, Fröbel créa son école enfantine à Blankenburg dans le nord de l’Allemagne. Quatre ans plus tard, il lui donnera l’appellation de « kindergarten » ou jardin d’enfants. Au sein de cet école, il créa son propre institut de formation pour accompagner les futures jardinières d’enfants.
A travers ce jardin d’enfants, F.Fröbel signifie que l’école est un lieu de vie où les enfants sont des plantes qui grandissent ensemble et s’aident mutuellement (clin d’oeil à la permaculture en vogue ce moment 😉 ). Les jardinières vont prendre soin de ces petites graines afin qu’elles deviennent des plantes en bonne santé. Il est persuadé de l’influence des phénomènes de la nature sur le développement et l’éducation des enfants.

« La plante humaine, comme la plante végétale, puise les éléments indispensables à son épanouissement non-seulement en elle-même, mais aussi et surtout dans les conditions au milieu desquelles elle germe »
F.Fröebel, De l’éducation de l’homme, 1826

Ces jardins d’enfants organisent l’environnement de l’enfant. Des activités adaptées lui sont proposées selon son propre rythme, sa propre croissance. Le jeu permet à chaque enfant qu’il devienne responsable, à sa mesure, de son propre développement. L’enfant trouve alors dans ce milieu un bien-être physique et morale pour grandir sereinement. Ce sont les grandes lignes éducatives que nous retrouvons dans nos établissements d’accueil du jeune enfant aujourd’hui.

« Les jeux de l’enfant sont le cœur de la plante qui s’épanouira toute la vie entière »F.Fröebel

Développement des jardins d’enfants en dehors du système éducatif français
Pauline Kergomard, fondatrice de l’école maternelle, travaillera beaucoup les travaux de Fröebel. Dans ses écoles pour les enfants de moins de 5 ans, les premiers apprentissages tels que la lecture, l’écriture et les mathématiques sont abordés. Le jeu et les activités artistiques ont également leur place dans ces lieux d’éducation. Toutefois, elle ne soutiendra pas le mouvement de ces écoles voulant faire de ces lieux des d’instruction à part entière, voulant plutôt favoriser le « développement naturel » de l’enfant.
Elle adhérait aux principes éducatifs de la pédagogie Fröebel mais n’en voulaient pas dans les institutions dont elle était responsable car elle considérait le matériel éducatif trop mécanique. Cependant, quelques jardins d’enfants vont être créés en France et surtout à paris à la fin du XXème siècle mais à la demande des parents, d’associations ou de personnalités privées. Elle s’ouvrent dans une démarche sociale et une demande de la société pour des situations spécifiques telles que des familles touchées par la misère.
C’est durant cette même période que va apparaître la protection de l’enfant et sa famille. Tout un réseau social va se créer autour des ses jardins d’enfants.

Pédagogie Fröbel et la nature : La culture des jardinets 
Ce pédagogue avait installé son établissement dans un petit château entouré par des parcs et des arbres. Il cherchait à faire aimer celle ci et la faire connaître aux enfants à travers des sorties quotidiennes dehors. Voici la présentation d’une de ses activités extérieures : La culture des jardinets
Les jardinets ont une haute portée éducative. Ils vont permettre de créer du lien entre l’enfant et la nature. Chaque enfant possède son propre coin de terre, et va y apprendre le respect de la propriété d’autrui. L’enfant sème, récolte et il y apprend la vie sociale en partageant les outils et en aidant les autres. Un véritable esprit de coopération émergera dans ces jardinets. En effet, si un enfant tombe malade, les autres enfants sont tenus d’entretenir son jardin. Puis, en parallèle des jardinets individuels, il y aussi le jardin communautaire où tous les enfants et les jardinières se retrouvent ensemble pour prendre soin de ce lieu. Les enfants disposent comme ils le veulent de ce qu’ils récoltent. L’enfant apprend ainsi à respecter la graine qu’il a semée, il prépare la fleur par les soins qu’il donne à la plante pour en récolter son fruit. La jardinière a également son propre jardinet. Chaque jour quelques enfants viennent soigner les plantes qui seront très utiles pour les « leçons de chose ». Et si le jardin d’enfants est en ville, les enfants cultivent dans les pots ! Les premiers pas de l’agriculture urbaine avec les enfants ??? 😉
A travers ses expériences, l’enfant développe ainsi ses facultés individuelles avec un aboutissement communautaire.

Que reste-t-il aujourd’hui de sa pédagogie ?
Nous avons gardé la question d’un environnement sécurisé et serein et la place du jeu dans l’accueil des enfants de moins de 6 ans mais le côté nature a disparu. Pourquoi ? Je fais encore des recherches sur ce sujet. Une des raisons qui n’engage que moi, c’est qu’avec les différentes épidémies du début du XXème siècle et pour la protection des enfants et des familles, les mesures d’hygiène se sont resserrés pour limiter les contaminations avec l’extérieur.

Il me fait plaisir de partager avec vous cet article car il était en veille depuis quelques temps au vue de sa longueur au début. Je suis ravie d’avoir réussi à le résumer pour vous.
Si vous voulez en savoir sur la pédagogie Fröbel, voici des liens qui m’ont été utiles pour cet article :
http://silapedagogie.weebly.com/freacutedeacuteric-froumlbel.html http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=2771 http://www.persee.fr/doc/rfp_0556-7807_1991_num_96_1_2488_t1_0127_0000_3