Documents nécessaires pour être EJE au Québec

Pour une EJE, travailler en tant qu’éducatrice petite enfance au Québec nécessite un peu de patience. En effet, les démarches se font en plusieurs étapes.
Tout d’abord, vous pouvez faire une demande d’évaluation comparative par courrier de la France. Ce n’est pas vraiment une équivalence, c’est un document qui vous permet de faire reconnaître vos compétences obtenues durant votre formation à l’étranger. Les documents à fournir sont listés ici :
http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/FR/education/evaluation-comparative/depot-demande/index.html

Pour ma part, j’ai envoyé la photocopie de mon diplôme, les notes obtenues ainsi que mon certificat de scolarité. J’ai fait certifié conforme toutes mes photocopies dans ma mairie.

Cette évaluation coûte 114$ et le traitement de la demande prend entre 3 et 6 mois. Ce délai peut être réduit à 3 semaines si vous avez un employeur. Cependant, il est possible de travailler dans des centres petite enfance sans cette évaluation pour des remplacements. Le salaire est alors un plus faible. Au Québec, les expériences d’éducateur dans d’autres structures petite enfance sont reconnues. Je vous conseille d’emmener vos certificats de travail avec le nombre d’heures travaillées est indiqué. Vous pouvez aussi apporter vos photocopies d’attestation Pole Emploi. Ainsi, vous pourrez obtenir un salaire légèrement plus élevé.

Une fois arrivée sur les terres québécoises, vous devrez passer les premiers secours service de garde qui dure une journée de 8 heures et coûte aux environs de 60$.

Pour finir, vous ne pourrez pas travailler auprès des enfants tant que vous n’aurez pas obtenu l’attestation d’empêchement judiciaire. C’est plus ou moins l’équivalent de l’extrait du casier judiciaire en France. Ce document s’obtient seulement lorsqu’un employeur est prêt à vous engager. C’est la direction qui se charge de l’envoyer au service de Police de la ville. Il faut compter entre 5 et 7 semaines pour la recevoir. Cette attestation entraîne des frais de 70$ à la charge du salarié. Pour du bénévolat, elle est gratuite.

Une fois ces documents obtenus, vous serez prêts pour découvrir la petite enfance québécoise ! 🙂

Liens :
Evaluation comparative : http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/education/evaluation-comparative/
Les premiers secours service de garde : http://www.pulsationplus.com/ ou http://www.atoutplus.com/cal_garderie.htm
Vérification d’empêchement judiciaire : https://www.mfa.gouv.qc.ca/fr/services-de-garde/cpe-garderies/sante-securite/verification-absence-empechement/pages/index.aspx

Une EJE dans un CPE vert et durable à Montréal

Je prends le temps d’une journée off à la ferme pour vous parler d’une aventure qui m’attend pour Juillet et Août. Lors de mon arrêt de 10 jours à Montréal, je suis allée voir plusieurs CPE (Centre de la Petite Enfance) pour des entrevues afin de faire des éventuels remplacements pour la saison estivale. J’ai eu la chance de rencontrer une équipe engagée dans la question du développement durable et de la coopération.

Ce CPE fait parti du mouvement EVB (Etablissement Vert Brundland) se résumant en quatre mots : Solidarité, Démocratie, Ecologie et Pacifique. Depuis septembre dernier, le CPE s’est aussi inscrit dans un programme d’accompagnement et de certification en gestion durable proposé par Environnement Jeunesse. A la fin de cet article, vous trouverez les liens du mouvement EVB et du CPE durable. J’en ferai une présentation plus concrète et pratique lorsque je serai immergée dedans.

Ce CPE durable ne peut me proposer de poste de remplaçante car leur liste est déjà complète. Cependant, la directrice m’a proposée de venir bénévolement dans la structure dans le but de partager et participer au quotidien. Puis, elle m’a invitée à participer au comité pour réfléchir et mettre en place ensemble des actions concrètes et durables avec eux (professionnels et parents) qui viendront s’ajouter aux divers gestes écologiques déjà réalisés. Elle m’a aussi proposée de me mettre en relation avec d’autres CPE durable. Nous avons discuté de mes expériences de Wwoofing et des illustrations qui vont se créer au fil des mois à venir et la directrice est motivée pour me laisser proposer quelque chose aux enfants à travers ces dessins.

Dernière bonne nouvelle, le CPE a un réseau de responsables de service de garde en milieu familial (RSG). C’est plus ou moins l’équivalent des assistantes maternelles en France. La coordinatrice m’a mise en relation avec une RSG qui est intéressée pour me faire découvrir et échanger sur son métier. Elle m’a invité à passer quelques jours chez elle. Elle est aussi engagée dans un projet de développement durable et crée une majorité de son matériel pédagogique avec des produits de récupération.

Disposant d’un potager, d’un compost, et d’une aire de jeux extérieurs, il me semble que ce lieu va m’apporter de belles choses que je partagerai avec vous. Profitant de l’expérience de wwoofing pour le moment, je vous laisse une petite vidéo qui présente le projet au sein du CPE.

Liens :

Le mouvement EVB : http://www.evb.lacsq.org/qui-sommes-nous/
Environnement Jeunesse et CPE durable : http://enjeu.qc.ca/-CPE-durable-.html

 

L’engagement d’une EJE

– Qui est l’éducateur de jeunes enfants ? –

«L’éducateur de jeunes enfants est un travailleur social spécialiste de la petite enfance. Ses fonctions se situent à trois niveaux : éducation, prévention, coordination. Il s’attache à favoriser le développement global et harmonieux des enfants en stimulant leurs potentialités intellectuelles, affectives, artistiques. En créant un environnement riche et motivant, il contribue à leur éveil et à leur apprentissage à la vie sociale». (1)
Par son histoire, l’éducateur de jeunes enfants est lié au mouvement de l’éducation nouvelle. A. FERRIERE définit l’éducation nouvelle comme «un mouvement pédagogique contemporain qui n’est nouveau que parce qu’il s’adapte aux besoins nouveaux de la société d’aujourd’hui». (2)
Le pédagogue français COUSINET ajoute que l’éducation nouvelle accompagne l’enfant pour qu’il devienne un homme libre, c’est lui offrir un espace où il puisse «trouver les éléments nécessaires à la vie». (2)

L’EJE se trouve dans cette dynamique d’éducation nouvelle car il accueille l’enfant dans sa singularité et son individualité. A travers son observation attentive, sa parole, sa posture et sa réflexion à travers l’aménagement des repères et de l’espace, il s’assure de respecter chaque enfant dans son développement et sa personnalité. Cet accueil permet à l’enfant de trouver un endroit sécurisé et serein pour qu’il puisse y développer aux mieux ses potentialités.

– Un nouveau mouvement citoyen en marche –
Aujourd’hui, nous pouvons observer la multiplication de nouvelles écoles qui redonnent «à l’éducation son rôle d’éveil» pour permettre à chaque élève de devenir un «humain heureux, en contact avec sa joie de vivre, en accord avec soi-même et avec les autres».(3). Ces nouvelles écoles trouvent leurs origines dans l’éducation nouvelle.
Nous voyons également se multiplier des initiatives pour une consommation plus raisonnées et plus respectueuses pour nous et notre environnement. Nous commençons également à comprendre et accepter que les OGM, les pesticides et certaines nanoparticules auraient des effets néfastes sur notre santé. En ville, les jardins partagés se multiplient et l’agriculture urbaine fait son apparition.

Il me semble que nous observons une véritable démarche citoyenne en faveur d’un développement durable. Un nouveau mouvement est en route pour une réconciliation ville-nature, une consommation plaisir-santé. Cet ensemble est encouragé par un esprit de coopération.
En tant que citoyenne curieuse de ces nouvelles alternatives économiques et sociales, je me suis «laissée embarquer par le vent du changement qui parcourt notre monde aujourd’hui».(2)

– L’engagement d’une EJE –
En tant que travailleur social, il me semble important de prendre en compte cette transformation de la société et d’y participer tant dans ma vie personnelle que professionnelle. Ce mouvement me semble participer au développement durable, puisqu’il permet «un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs» (3).

Accueillant les adultes de demain, participer à ce changement me semble donc une évidence. N’ayez pas peur, je ne souhaite pas sensibiliser l’enfant de moins de 6 ans sur les grands questions écologiques à coups de grands discours! Je veux essayer de réfléchir de quelles manières pouvons-nous, dans nos structures petite enfance, recréer du lien avec la nature qui nous entoure.
Recréer du lien, c’est bien mais il y a t-il un intérêt pour l’enfant? Persuadée qu’il y en, je vais mener mon enquête et partager mes trouvailles dans cette rubrique.

Ce blog, c’est donc semer mes petites idées comme des graines, les laisser grandir à travers mes expériences. C’est aussi, les laisser s’imprégner, se moduler, à travers vos commentaires, vos réactions et nos échanges. Si vous menez des projets autour de ce sujet dans vos structures, n’hésitez pas à m’envoyer un petit mail ! Ce sera un plaisir de planter votre petite graine d’éduc’ sur le blog !

« Choisir un métier de l’éducation, c’est prendre un engagement, assumer sa part de la responsabilité collective. C’est un engagement important et personnel qui implique notre propre histoire, notre culture et ce que nous en avons fait, nos choix de vie, nos propres recherches sur le sens de certaines valeurs »

– SOURCES –
(1) http://www.passerelles-eje.info/dossiers/dossier_71_referentiel+professionnel+eje+-+definitions.html
(2)  Ces écoles qui rendent nos enfants heureux : Expériences et méthodes pour éduquer à la joie – Antonella VERDIANI
(3) http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=definitions/developpement-durable.htm
(4) Les enjeux du métier d’éducateur de jeunes enfants. Origine, évolution, actualité.- D.AUZOU-RIANDEY et B. MOUSSY

Aperçu de la petite enfance au Québec

Tout d’abord, je tiens à préciser que les informations sont celles que j’ai comprises durant mes recherches. C’est une première approche de la politique petite enfance au Québec. Ces recherches seront modifiées, complétées et enrichies au cours de mes différentes rencontres et expériences dans le pays.

Intro
En France, les établissements d’accueil du jeune enfant sont sous le contrôle du ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes.
Au Québec, les services de garde sont sous la gouvernance du ministère de la famille et des Ainés. Celui-ci est responsable de l’élaboration et de la mise en oeuvre des politiques gouvernementales, des programmes et des mesures qui répondent aux besoins des familles..

Son action porte essentiellement sur l’accessibilité aux services de garde et s’assure de la qualité d’accueil à travers différents programmes. Il est aussi engagé pour offrir une circulation d’informations facile aux familles.
Ces missions ont pour but d’offrir des conditions favorables pour l’épanouissement des familles et au développement des enfants. Il s’assure aussi de prendre en considération la diversité des modèles familiaux et des milieux de vie dans lesquels ils évoluent.

La ministre de la famille s’appelle Francine Charbonneau.

 

– 5 FONDEMENTS DES SERVICES DE GARDE ÉDUCATIFS A L’ENFANCE –

Ces fondements ont pour but de promouvoir et soutenir la qualité des services de garde éducatifs.
1) Assurer l’accessibilité,la qualité et le maintien à long terme des services de garde éducatifs.
2) Offrir aux enfants et à leurs parents des services qui répondent davantage à leur réalité
quotidienne.
3) Promouvoir la qualité des services de garde éducatifs fournis par les trois types de services :les centres de la petite enfance, les garderies et les services de garde en milieu familial.
4) Favoriser le développement harmonieux de l’offre de services de garde en tenant compte des besoins des parents.
5) Faciliter la conciliation du travail et de la famille.

 

– OBTENTION D’UN PERMIS ET INSPECTION –

Chaque service de garde offrant des services à plus de six enfants doit être titulaire d’un permis de CPE ou de garderie, ou être reconnu à titre d’un responsable de service de garde en milieu familial, peu importe le type de garde offert (occasionnelle, à temps partiel, jardin d’enfants, etc.).
La durée d’un permis est portée à cinq ans.

Les inscriptions du permis comportent :
– Le nombre maximum d’enfants qui peuvent être reçus (selon la capacité des locaux) et le nombre de places subventionnées.
– Certaines installations ont une capacité d’accueil plus grande que le nombre de places subventionnées qui leur a été attribué.
– Elles peuvent désormais utiliser ces places excédentaires pour accueillir des enfants qui n’ont pas droit à la contribution réduite. Elles peuvent aussi utiliser ces places pour faciliter la transition entre deux périodes de garde. Cette dernière mesure vise à favoriser la garde à horaire non usuel.

 

– UN PROGRAMME ÉDUCATIF OBLIGATOIRE –
Plusieurs aspects touchant le Programme éducatif sont maintenant intégrés dans la Loi, donnant l’obligation légale d’appliquer un programme éducatif comportant des activités qui ont pour but :
– de favoriser le développement global de l’enfant en lui permettant de développer toutes les dimensions de sa personne notamment sur le plan affectif, social, moral, cognitif, langagier, physique et moteur.
– d’amener progressivement l’enfant à s’adapter à la vie en collectivité et de s’y intégrer harmonieusement.
– de donner à l’enfant un environnement favorable au développement de saines habitudes de vie et de saines habitudes alimentaires.

Depuis quelques années, on peut voir de nombreuses manifestations suite aux coupes budgétaires.

 

– LES 4 DIFFERENTS SERVICES DE GARDE –
=> Centre de la petite enfance (CPE)
Un CPE est une personne morale (organisme sans but lucratif ou coopérative) qui fournit des services de garde éducatifs dans une ou des installations. Son conseil d’administration est composé d’au moins sept membres dont au moins les deux tiers sont des parents usagers ou de futurs usagers  des services fournis par le CPE.
Les services de garde offerts par les CPE sont généralement subventionnés; les places offertes par un CPE sont donc essentiellement des places à contribution réduite pour les parents.

=> Garderie subventionnée
Une garderie est une personne morale (organisme sans but lucratif, coopérative ou société par actions), une personne physique ou un conseil de bande autochtone qui fournit des services de garde éducatifs dans une installation. Une garderie a l’obligation de former un comité consultatif de parents pour traiter tous les aspects touchant la garde des enfants reçus à la garderie.
Une garderie subventionnée offre des places à contribution réduite.

=> Garderie non subventionnée
Une garderie est une personne morale (organisme sans but lucratif, coopérative ou société par actions), une personne physique ou un conseil de bande autochtone qui fournit des services de garde éducatifs dans une installation. Une garderie a l’obligation de former un comité consultatif de parents pour traiter tous les aspects touchant la garde des enfants reçus à la garderie.
Une garderie non subventionnée n’offre pas de places à contribution réduite. Elle décide elle-même du tarif quotidien que paiera le parent. Le parent dont l’enfant ne bénéficie pas d’une place à contribution réduite peut néanmoins recevoir un crédit d’impôt pour frais de garde d’enfants. Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre. remboursable du Québec concernant les frais payés pour la garde de son

=> Service de garde en milieu familial reconnu par un bureau coordonnateur de la garde en milieu familial
Un service de garde en milieu familial est offert par une personne dans une résidence privée. Une RSG peut recevoir un maximum de neuf enfants de moins de neuf ans, incluant ses enfants.Toutefois, si elle accueille de sept à neuf enfants, elle doit être assistée d’un autre adulte.

Petits points sur les bureaux coordonnateurs
Les bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial s’assurent de la coordination, sur un territoire délimité, de la garde en milieu familial.
Seuls les CPE (ou un organisme à but non lucratif formé par des CPE établis sur le territoire délimité) peuvent être comme bureau coordonnateur.
Les bureaux coordonnateurs permettent :
– de favoriser la formation et le perfectionnement continus des responsables de services de garde en milieu familial.
– de leur offrir un soutien pédagogique et technique sur demande.
– de maintenir un service centralisé d’information sur les services de garde en milieu familial.
– de traiter les plaintes des parents.
– de répartir les places subventionnées.
– de déterminer l’admissibilité d’un parent à la contribution réduite.

– A SUIVRE – Les documents de référence

Sources : https://www.mfa.gouv.qc.ca/FR/SERVICES-DE-GARDE/Pages/index.aspx